Jardins d’eau et randonnée de Vaipahi

‘Ia ora na ‘e ‘ia maita’i i te matahiti ‘āpī 2019!! Bonne et heureuse 2019!! Cela fait un moment que je ne suis pas venue par ici, la faute à la météo. Comme vous le savez, ici c’est la saison des pluies. Depuis le début du mois de janvier, il a beaucoup plut parfois des semaines entières sans s’arrêter. Conclusion, je n’ai pas pu visiter de nouveaux lieux. La fin de semaine dernière j’ai pu enfin sortir le matin. Et j’en ai profité pour visiter la fin du jardin botanique et les jardins d’eau de Vaipahi.

 

La légende des jardins d’eau et les plantes indigènes

Les jardins d’eau sont situés à Mataiea PK 49. Ils prennent place après la cascade de la rivière Vaipahi. Les jardins ont été créé en 2007 par le service du tourisme. C’est un jardin ornemental. L’entrée est gratuite et c’est ouvert tous les jours. Ils prennent place sur un lieu sacré pour les anciens polynésiens. Tout au long de la promenade dans les jardins, on découvre l’histoire entre le clan Teva et la rivière.

Le clan venait sur ce site lors du décès d’un membre important. Son corps était embaumé puis déposé sur ce lieu. Là, l’âme du défunt était « analysée » par la grande prêtresse de la mort Te’ura-i-Hamano. En fonction des fautes, vices, pêchés ou crimes de l’âme, elle était envoyée sur des chemins de purification différents : physique dans les eaux de Te’ura ou morale sur les chemins de To’ahiti ou les deux. C’est deux lieux sont la rivière des jardins d’eau et la randonnée dont je vous parle après. L’âme est soumise a diverse épreuve et sort pure du rituel pour pouvoir accéder au jardin des délices Rohotu-No’ano’a, qui est le paradis pour le peuple Ma’ohi. L’histoire est très intéressante car elle parle des entités mystiques et de leur différent rôle. Les panneaux explicatifs sont aussi très beaux.

Le reste du jardin est une promenade au fil de l’eau avec des explications sur les diverses espèces de végétaux que l’on peut trouver en Polynésie Française. Beaucoup de plantes qui poussent sur l’île ne sont pas endémique. Elles viennent d’autres pays tropicaux d’Asie ou d’Afrique. Les explications étaient intéressantes car elles classaient les plantes par catégorie : indigène, ornementale, alimentaire et invasive (on en reparle après). Il y avait trois très belles plantes originaires d’ici.

Le bois tabu ou pua est un arbre sacré originaire des Marquises. Ses fleurs sont utilisées pour créer les colliers de fleurs aux Marquises et aussi à Hawaii. C’est un arbre sacré car la mythologie tahitien raconte que c’est le dieu Tane, le dieu de la forêt, qui apporta le premier pua au Fenua (Terre/pays) en témoignage de paix. A l’origine, les tiki, les statues représentatives du dieu Tane, étaient faites dans le bois cette arbre. Les fleurs sont utilisées également dans le Kumuhei, qui est le filtre d’amour marquisien.

p1110759

Les deux autres plantes étaient un très beau palmier, le palmier des Marquises et une fougère, la fougère dorée. Le palmier est une espèce en voie de disparition donc il fait parti du programme de conservation de le Direction de l’Environnement. La fougère pousse dans les marécages et les mangroves. Elle n’est pas en voie de disparition, mais son habitat naturel l’est. Ce type de milieu naturel subit une très forte pression humaine. Situé principalement au bord de la mer, ils sont détruits pour y construire des maisons et des hôtels. Les marécages sont des lieux où prolifèrent les moustiques (cf. San Diego pour voir leur utilité) donc ils sont asséchés. Il y en a un très célèbre en France, ça s’appelle la forêt des Landes!!

 

La randonnée et les espèces invasives

Au-dessus des jardins d’eau, il y a une petite randonnée à faire. Comme je ne le savais pas, le jour où j’ai fait les jardins je n’avais pas les bonnes chaussures, donc je suis revenue le lendemain. Le temps était clairement moins sympa, j’ai pris la pluie à la fin, mais vous avez l’habitude maintenant! C’est une petite randonnée de 5km et 300m de dénivelé, donc facile. Il n’y avait clairement pas grand chose à voir. A deux-trois moment, on a vu sur l’océan, donc je vous laisse profiter des photos.

On trouve malheureusement dans cette vallée trois pestes végétales qui prennent la place de la végétation indigène. Les trois espèces ont été introduite, par la personne qui a créé le jardin botanique de l’île qui ne se trouve pas très loin. Il y a les pins. Je peux vous dire que ça fait un bizarre de se retrouver au milieu des pins dans une forêt tropicale. Comme les pins ont une croissance lente et sont plutôt espacé les uns des autres, ils sont un moindre mal. Un niveau au-dessus avec une croissance rapide et habitué à ce genre de climat, nous avons le Tulipier du Gabon. Ils envahissent principalement les pentes des basses vallées. Je n’en ai pas vu mais apparemment ses fleurs sont magnifiques. Et le champion est le miconia!! Comme vous pouvez le voir en-dessous, ils poussent très serrés et ils créent énormément d’ombre.

A l’heure actuelle à cause du miconia, des vallées entières ont perdu leur végétation originelle au profit de cet arbre. La Direction de l’environnement a mis en place des campagnes d’arrachage pour stopper son expansion. Malheureusement, les résultats ne sont pas ceux escomptés. Cette plante a une faculté de se reproduire absolument folle. Les fleurs sont en grappe, elles sont très légères donc s’envolent facilement et en plus elles contiennent des centaines de graines. Donc quand vous l’arrachez, vous êtes sûrs qu’il y a des graines qui sont tombées au sol. Ce n’est pas le seul endroit dans le monde où cet arbre pose problème. A Hawaii, il y a des recherches en cours pour l’éradiquer de façon chimique ou biologique.

Il faut vraiment faire attention à ce que l’on fait avec les espèces qui ne sont pas originaire du lieu où l’on se trouve, qu’elles soient animales ou végétales. A cause d’elles, on perd des dizaines d’espèces, juste parce que « c’était joli dans le jardin »!! J’espère pouvoir vous parler dans les mois à venir, d’une situation similaire pour cette fois une espèce animale (ou peut-être deux) : le monarque (et le kiwi). Ce petit oiseau vit dans une vallée proche de là où j’habite actuellement

Au mois de février, je pars 3 semaines en Nouvelle-Zélande. Il n’y aura certainement pas d’article avant mars, à moins que…

Bon vent !!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s