Franz Josef Glacier – Milford Sound

Kia ora tout le monde. Je vous souhaite une très bonne année 2020!! Et pour le blog aussi, après une très longue absence. Aujourd’hui, deuxième épisode de mon périple en Nouvelle-Zélande. On va parler de la côte Ouest, avec au centre des glaciers et plus au Sud des fjords. Et des petites surprises!

Franz Josef Glacier

Comme son nom l’indique, on va parler d’un glacier. Il se situe au centre de l’île du Sud dans les Alpes néo-zélandaise. Il est connu sous deux noms : Franz Josef en anglais et Ka Roimata o Hine Hukatere en maori. Son nom anglais est un hommage à l’empereur d’Autriche, il a été nommé comme cela par l’explorateur allemand Julius von Haast. Son nom maori a une histoire bien plus intéressante. Ka Roimata o Hine Hukatere signifie les larmes de Hine Hukatere. Selon la légende, Hine Hukatere aimait gravir les montagnes. Un jour, elle persuada son chéri de venir avec elle. Cependant, Wawe (son chéri) était moins expérimenté qu’elle et mourut dans une avalanche. Le cœur brisé, Hine a beaucoup pleuré. Ses larmes ont gelé et sont devenues un glacier.

En Nouvelle-Zélande, il existe plusieurs glaciers. Les principaux sont Franz Josef et Fox. Ceux sont deux glaciers assez exceptionnel dans le monde actuel car ils ne diminuent quasiment pas. Cela est dû aux conditions météorologiques de la région. Il pleut et il neige très souvent même en plein milieu de l’été. Chaque année, il neige plus de 30m sur le glacier. Malgré sa taille, 12km de long par 20km de largeur, il est quand même en danger. Les scientifiques estiment qu’en 2100, il aura reculé de 5km et perdu 38% de sa masse.

Nous ne nous sommes pas aventurés sur le glacier, nous n’avions pas l’équipement pour cela. Nous avons choisi de faire un randonnée, en face du glacier pour pouvoir l’observer en entier. Nous avons emprunté le Alex Knob Track. Il s’agit d’un sentier assez difficile, qui fait 17km aller-retour. Il offre trois points de vue sur le glacier au cours de l’ascension. Le reste du sentier est au coeur de la forêt. Quand nous sommes partis, le ciel était couvert et on ne voyait absolument pas le glacier. Nous avons vraiment eu de la chance en mangeant car il y a eu une éclaircie et nous avons pu voir l’intégralité du glacier. Ce n’était pas la randonnée la plus plaisante car il faut à de nombreuses reprises grimper des rochers ou des arbres (on a connu pire vous verrez au prochain épisode), mais la vue vaut vraiment le coup.

Lors de la randonnée, nous avons entendu un nombre très important d’hélicoptère. Le pied du glacier est assez loin du parking. Il faut marché déjà plus de 2km pour y arriver. De nombreuses personnes, qui souhaitent randonner sur le glacier, se font déposer en hélicoptère vers le centre de celui-ci. Il y a aussi beaucoup de personnes qui font juste un tour d’hélicoptère pour voir le glacier sans poser le pied à terre. C’est assez perturbant d’être en plein milieu de la nature et d’entendre un hélicoptère toute les 15 minutes environ. Au début, j’ai cru qu’il y avait un incendie parce qu’en France c’est le seul moment où vous entendez autant d’hélicoptères.

West Coast Wildlife Centre

Au village de Franz Josef, on trouve le West Coast Wildlife Centre. C’est un centre de protection de la vie sauvage. On y trouve l’emblème du pays, le kiwi et aussi un lézard préhistorique le Tuatara. Je vais vous parlez seulement du kiwi, sinon l’article risque de faire 40 pages.

Le kiwi est une espèce endémique. C’est-à-dire qu’il n’en existe que en Nouvelle-Zélande. En fait, il existe cinq sous-espèce de kiwi. Alors est ce que vous savez à quoi ressemble cet animal? Moi je suis restée plutôt bête en voyant ses caractéristiques. Je pensais que ça faisait la taille d’une caille. Pas du tout, ils font entre 30 et 45cm de hauteur et entre 1,5 et 3 kg. Il y a donc le kiwi d’Owen (le plus petit), le kiwi roa (le plus grand), le kiwi austral (le plus répandu), le kiwi Mantell (qui vit seulement sur l’île du Nord) et le kiwi d’Okarito ou rowi qui est le plus en danger. Le rowi vit seulement sur l’île du Sud, dans un région très restreinte entre l’océan et les glaciers. Il n’existe plus que 500 individus à l’état sauvage. C’est celui-ci qui est protégé par le centre.

En 1995, il n’existait plus que 150 rowi dans la nature. Arrivé à seuil critique, le gouvernement a décidé de mettre en place un programme de protection avec deux axes principaux. La première partie, qui la mission du centre, est de faire en sorte que le plus possible d’individus arrivent à l’âge adulte. Pour cela, ils récupèrent les œufs dans la nature pour les faire éclore puis les faire grandir (jusqu’à 2 ans) pour ensuite les relâcher. Cette technique permet de baisser le taux de mortalité chez les jeunes et ainsi de leur permettre de se reproduire. Dans le centre, nous avons pu observer deux kiwi rowi de six mois. Leur enclos est grand et quasiment dans le noir, car ceux sont des animaux nocturnes. Pour en avoir effrayer un, sans faire exprès en me relevant, je peux vous dire que ils courent très vite. En même temps, c’est leur seul moyen de défense car ils ne peuvent pas voler. Leurs ailes sont des moignons. C’était vraiment sympa de pouvoir voir cet animal en vrai, même si c’était dans le centre, car il est quasiment impossible d’en observer dans la nature.

Le second axe de protection mis en place par le gouvernement est un sujet bien plus délicat. Je vous avoue que même après onze mois de réflexion, je ne sais toujours pas quoi en penser. Il s’agit du « Predator Free New Zealand 2050 ». L’objectif du gouvernement est d’éliminer toutes les espèces importés du territoire. Le programme concerne principalement les rats, les hermines, les furets et les opossums. Ces espèces détruisent la vie sauvage en mangeant les œufs des oiseaux qui pondent au sol (kiwi, kakapo) et en attaquant aussi les adultes. Ils s’attaquent également aux ressources agricoles. Ces espèces n’existaient pas à l’origine en Nouvelle-Zélande, donc les oiseaux pouvaient pondre leurs œufs au sol sans que cela mette l’espèce en danger. Pourquoi je ne sais pas quoi en penser car il s’agit de tuer tous ces prédateurs. Même si c’est pour sauvegarder des espèces qui n’existent qu’en Nouvelle-Zélande, j’ai un peu de mal avec ce principe. Je vous laisse décider de ce que vous en pensez.

Piopiotahi

Piopiotahi (ou Milford Sound) est situé dans le parc national Te Wahipounamu (ou parc national de Fjordland). Ce parc est inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco. Il est situé dans le Sud-Ouest de l’île du Sud. Les premiers occupants du fjord était les maori. Ils venaient à cet endroit car il était à l’abri des tempêtes et on y trouvait de nombreux poissons. Qui dit beaucoup de poissons, dit des phoques. Il y avait à Milford Sound une importante colonie, malheureusement elle a été exterminé par les chasseurs gallois dans les années 1820. Ce fjord par sa grande profondeur accueille aussi des cétacés. La chasse à la baleine y a été très importante. Les lois internationales ont permis de sauver les derniers mammifères qui se trouvaient là. Les chercheurs d’or ont succédé aux chasseurs et ils ont établi les premiers sentiers de randonnée et le premier tracé de la future route. Le tunnel de cette route est des plus original, le Homer Tunnel. Il a été creusé à la main la plus part du temps car la roche est extrêmement dure. Il a une pente de 10% sur 1,2km. On peut se croiser à l’intérieur que à quelques endroits. Il y a des feux de signalisation la plupart de la journée (9h à 18h). Avant le tunnel, le paysage est totalement différent de l’intérieur du fjord. Il y a peu d’arbres et la roche est très présente.

Piopitahi est un fjord, comme ceux que l’on peut voir en Norvège. Il y a des montagnes abruptes qui culminent pour certaines à plus de 1500m et sous la surface de l’eau le fond se situe à 400m de profondeur. Les montagnes sont recouvertes de forêts primaires, composées d’arbres de différentes couleurs. Il y a deux points naturels qui caractérisent cet endroit : ses cascades et son eau. Nous avons eu de la chance car nous sommes tombés sur l’un des seuls jours de beau temps de l’année parce que il pleut quasiment tout le temps. Grâce à cette pluie, les forêts sont resplendissantes et il y a des dizaines de cascades. Nous avons fait une croisière sur le fjord jusqu’à l’océan nous permettant de prendre de belles photos.

L’eau du fjord est particulière. Elle est très sombre, presque noire. Grâce à cette caractéristique, les animaux qui peuplent le fjord sont spéciaux. Ceux sont des poissons et amphibiens des profondeurs. Les espèces présentes à 5m vivent normalement à 20-30m de profondeur. On y trouve également des coraux noirs, qui est une espèce qui vit dans les profondeurs jusqu’à 8000m. Nous avons pu les observer dans le musée flottant présent dans un recoin du fjord. Je n’ai pas pris de photos mais je vous mets celles de l’eau et du magnifique soleil que nous avons eu ce jour-là.

Bon vent!!

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s